Les archives d’Albert Châtelet conservées au LMO

Le fonds le plus ancien dans les archives du LMO est celui résultant du legs d’Albert Châtelet. Certains de ces documents font actuellement l’objet d’une petite exposition temporaire à la BJH.

Albert Châtelet (1883-1960)

Albert Châtelet est né le 24 octobre 1883, à Valhuon (Pas-de-Calais). Fils d’instituteur, ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de mathématiques en 1908, Albert Châtelet soutient sa thèse de doctorat, Sur certains ensembles de tableaux et leur application à la théorie des nombres, initialement supervisée par Jules Tannery le 27 avril 1911 (plusieurs mois après le décès de Tannery). Il continue de travailler, à cette époque, en théorie des nombres dans la tradition de Charles Hermite, mais systématise l’utilisation de matrices (les « tableaux » du titre de sa thèse) et importe des développements de certains mathématiciens allemands, ce qui était « une occurence rare dans les mathématiques françaises de l’époque » (Gauthier et Goldstein, 2013).

Après avoir été professeur de mathématiques spéciales à Tours (1911-1913) et chargé de cours de mécanique rationnelle et appliquée à la faculté des sciences de Toulouse (1913-1914), il devient maître de conférences en mécanique à la faculté des sciences de Lille en 1914. Suite à l’éclatement de la Première Guerre Mondiale, il est mobilisé comme officier administratif au service de la santé, puis détaché en 1916 à la Commission d’expériences d’artillerie navale de Gâvres (Morbihan) jusqu’en février 1919. De ce passage à la commission d’artillerie navale de Gâvres, il a conservé des archives, notamment les mémoires d’Ernest Esclangon (1876-1954) conservés à la BJH.

Mémoires d’Esclangon tirés des archives du LMO et actuellement exposés à la BJH.

Après l’Armistice, en février 1919, Châtelet demande à rejoindre le poste de maître de conférences auquel il avait été nommé en 1914. En 1920, il est nommé professeur de mathématiques générales, puis professeur de mécanique rationnelle en 1922, et est doyen de la faculté des sciences de Lille de 1921 à 1924. Il devient ensuite recteur de l’Académie de Lille (1924-1937). Il est à l’origine de nombreux projets de reconstruction dans cette région gravement affectée par la Guerre, notamment deux maisons d’étudiants et de nombreux instituts — notamment un institut de mécanique des fluides, institut agricole, institut de radiotechnique, institut de la houille, institut de sciences sociales, institut de médecine légale, un laboratoire d’astronomie, un observatoire…

Châtelet était également un proche de collaborateur de Jean Zay et a, par diverses expérimentations pédagogiques dans l’Académie de Lille, et en prenant, en 1937, la direction de l’enseignement du second degré sous le ministère Jean Zay, grandement contribué aux réformes menées par celui-ci, qui ont modernisé et démocratisé le système scolaire français2. Démis de ses fonctions en 1940 sous le gouvernement de Vichy, Châtelet est nommé professeur à la faculté des sciences de Caen mais continue d’enseigner à Paris. Après la libération, il est nommé à la chaire d’arithmétique supérieure de la faculté des sciences de Paris.

Châtelet était engagé politiquement comme l’expliquent Gauthier et Goldstein :

Châtelet was very active at a high administrative and political level. From July 1945 to August 1946, he was director of the Youth Movements and Popular Education (Mouvements de jeunesse et de l’éducation populaire) at the Ministery of National Education . He wrote various reports for the Government about education, research and universities, and became vice-president of the Commission de la recherche scientifique et technique, in charge of planning a modernization and equipment program for theoretical and applied research. He was also engaged in the development of cultural relations with other countries (…)[,] belonged to several commissions of UNESCO, and chaired the International Commission for the Teaching of Mathematics from 1951 to 1954 (he was the first President of the renovated ICMI). From 1955 on, he was also president of the Union Rationaliste, an association created by Paul Langevin in the 1930s to promote rationality and science in public debate. The high point of Châtelet’s political engagement was probably his participation in the Union des Forces Démocratiques (UFD, Union of Democratic Forces), a political party created in 1958 around personalities such as Alfred Kastler, Pierre Mendès-France, François Mitterrand and Laurent Schwartz; it was a left-wing, non-communist party, opposed to Charles De Gaulle’s policy, in particular with respect to colonization. Châtelet, a militant against the Algerian War, accepted the candidacy of the UFD against De Gaulle (and the Communist Party candidate, Georges Marrane) in the French presidential election of 1958, obtaining 8.4% of the votes of the electoral college. Albert Châtelet died in Paris on June 30, 1960. (Gauthier et Goldstein, 2013)

Ses nombreuses activités d’administration et politiques n’ont toutefois pas empêché Châtelet de continuer ses recherches en algèbre et théorie des nombres. Il a également dirigé deux grandes collections de manuels scolaires : chez Bourrelier, une série de manuels d’arithmétique niveau primaire (à partir de 1932) ; et chez Ballière, une collection de manuels pour l’enseignement des sciences dans le secondaire (à partir de 1934). L’engagement de Châtelet dans les réflexions pédagogiques est très fort et ses activités éditoriales nombreuses et importantes. À ce sujet, on pourra consulter l’article de Gauthier et Goldstein, et de celui de Catherine Radkta.

En 1947, avec la collaboration de Paul Dubreuil (1904-1994), il crée un séminaire d’algèbre et de théorie des nombres à la Sorbonne, qu’ils animent ensemble jusqu’en 1954, et qui deviendra le Séminaire Dubreuil3 Il a dirigé les thèses d’André Néron (1952), de Georges Poitou (1953, doyen de la faculté des sciences d’Orsay de 1968 à 1970), Marcel-Paul Schützenberger (1953) et de Michel Lazard (1954).

 

Le fonds Châtelet

Le legs concerne 297 livres de mathématiques, physique et pédagogie (datant des années 1850 aux années 1950), 193 thèses de maths, 21 thèses de physique et un certain nombre de revues1. La plupart ont été intégrées dans le fonds général de la Bibliothèque Jacques Hadamard. Ils ne sont plus distingués des autres ouvrages dans le catalogue, mais on peut les reconnaître lorsqu’on les rencontre par la petite étiquette collée par Châtelet sur les premières pages. D’anciens catalogues de la bibliothèque permettent de reconstituer le fonds tel qu’il a été initialement remis à la BJH.

Ancien catalogue de la BJH.

 

 

L’une des étiquettes que collait A. Châtelet dans ses livres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En plus de cette partie bibliothèque, certains éléments sont conservés dans les archives du LMO : livres anciens, correspondance manuscrite avec André Martinot Lagarde (1903-1986), tirés-à-part (parfois annotés), notice sur les travaux scientifiques de mathématiciens, copies de notes manuscrites (de cours, vraisemblablement), et une traduction manuscrite de Neue Geometrie des Raümes de Julius Plücker (1868-69, pas de date pour la traduction), faite par un étudiant de Polytechnique, qui a d’abord appartenu à Albert Petot (1851-1927) puis à Albert Châtelet (ce qui est le cas d’autres documents du fonds).

Traduction manuscrite de Neue Geometrie des Raümes de Julius Plücker.

Ces documents seront numérisés dès que la BJH disposera d’un scanner.

 

Les archives d’Albert Châtelet conservées à la BJH complètent le fonds d’archives privées déposé par sa famille aux Archives du Pas-de-Calais, dont le catalogue est accessible à l’adresse suivante : https://archivespasdecalais.fr/Chercher/Fonds-et-collections/Archives-privees/81-J-Fonds-Albert-Chatelet

 

Bibliographie

  • Hommage à Albert Châtelet, Plaquette éditée à l’occasion de l’inauguration du Centre universitaire Albert Châtelet le 6 juin 1963, 70 p., Paris, 1963.
  • Albert Châtelet, MacTutor History of Mathematics archive, http://mathshistory.st-andrews.ac.uk/Biographies/Chatelet_Albert.html
  • Archives du Pas-de-Calais, « 24 octobre 1883 : naissance d’Albert Châtelet, un universitaire consacré », https://archivespasdecalais.fr/Chercher/Fonds-et-collections/Archives-privees/Archives-professionnelles/81-J-Fonds-Albert-Chatelet/24-octobre-1883-naissance-d-Albert-Chatelet-un-universitaire-consacre
  • Jean-François Condette, « CHÂTELET Albert », Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940. Tome II, Dictionnaire biographique. Paris : Institut national de recherche pédagogique, 2006. p. 111-113.
  • Jean-François Condette, Albert Châtelet. La République par l’école (1883-1960), Arras : Artois Presse Université, 2009.
  • Catherine Radtka, « Aspects d’une trajectoire mathématique dans la France d’entre-deux-guerres : l’édition et le tournant pédagogique d’Albert Châtelet », Philosophia Scientiæ [En ligne], 22-1 | 2018, mis en ligne le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/ philosophiascientiae/1330 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1330
  • C. Sename, Le fonds Albert-Châtelet, dans Histoire et Mémoire, n° 26, 2001, p. 4-5

 


1 Ces revues sont : Les publications scientifiques de l’Université d’Alger (Série A mathématiques 1954-56 et Série B sciences physiques 1955-56), Bulletin de la Société Mathématique de France (1911-1960, avec des lacunes), Comptes-rendus des séances de la SMF 1911-1938 (les années 1926-34 et 1937 manquent), certains volumes de l’Encyclopédie des Sciences Mathématiques pures et appliquées, Mathematica (1930-39), Rendiconti del circolo mathematico di Palermo (1952-57), La Revue Scientifique (1938-40, 1947, 1950-52), Revue générale des sciences pures et appliquées (1953-58), Association française pour l’avancement des sciences (CR de la 57e session, Chambéry 1933),  Bulletin de la Société Royale des sciences de Liège (1955-60), Proceedings of the American Mathematical Society (1950-56), Bulletin of the American Mathematical Society (1944-56).

2 À ce sujet, on pourra consulter Zay, Jean (1904-1944), “La Réforme de l’enseignement / conférence faite par M. Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale à l’Union rationaliste [le 29 novembre 1937] ; Documentation rassemblée par Henri Belliot ; [Note de Charlotte Rieder],” BabordNum, consulté le 10 mars 2020, http://www.babordnum.fr/items/show/184

3 Les exposés donnés dans ce séminaire peuvent être consultés sur Numdam : http://www.numdam.org/actas/SD/

Archives mathématiques d’Orsay

La collecte des archives de l’Institut mathématique d’Orsay a commencé en 2017, lors de la préparation du déménagement du laboratoire. Une douzaine de cartons ont ainsi été rassemblés par les chercheur·se·s, sous la supervision d’Elisabeth Kneller et Anne-Sandrine Paumier.

Ce qui a été collecté à ce moment-là :

  • Archives d’Alano Ancona ;
  • Archives de Myriam Déchamps ; 
  • Archives de Dominique Hulin ;
  • Un carton d’archives de Szolem Mandelbrojt (qui contient quelques livres, tirés-à-part et des notices sur titres et travaux) ;
  • Un carton « Cartan-Cerf » contenant essentiellement des tirés-à-part, pour la plupart dédicacés à Jean Cerf ;
  • Trois cartons d’archives ayant appartenu à Albert Châtelet (sur lesquelles nous reviendrons dans un prochain article) ;
  • Plusieurs cartons « anonymes » (qui nous sont parvenues via Romain Tessera, que nous remercions de son travail de collecte), parmi lesquels se trouvent beaucoup d’archives d’Anne-Marie Chollet.

Une partie des archives du LMO en attente de catalogage


Jean-Pierre Kahane, qui a légué sa bibliothèque à la BJH, a également laissé quelques archives, dont un livre en micro-fiches et des impressions de mouvements browniens, montrés ici dans leur tube parce que nous n’avons pas (encore !) la place de les déballer :

 

La collecte des archives a repris lors de l’arrivée d’Emmylou Haffner à l’IMO. Nous avons pour l’instant collecté les archives de Jean-Marc Fontaine, Luc Illusie et Sylvie Ruette. Avec cette nouvelle collecte, nous avons également commencé à collecter les archives nativement numériques.

 

Les archives de Luc Illusie (qui attendent, elles aussi, leur catalogage).

 

La collecte des archives de l’IMO est désormais une tâche ouverte à long terme. Un comité pour les archives de l’IMO, constitué de Héléne Gispert, Emmylou Haffner, Elisabeth Kneller, Joël Merker, et Pierre Pansu, a été fondé durant l’hiver 2019, pour pérenniser les initiatives de collecte, tri, et valorisation des archives mathématiques à Orsay.

Le catalogage des archives de l’IMO est en cours. Les premières explorations que nous avons menées nous indiquent que l’on y trouve : des documents liés à la vie de la recherche, à l’organisation des enseignements en premier, second et troisième cycles, des notes de cours manuscrites (de la main des enseignant·e·s et de celle des étudiant·e·s), des polycopiés de cours et recueils d’exercices, des manuels (parfois anciens), des notes de recherche, des notes de séminaire, des épreuves (parfois annotées) des pré-prints, des tirés-à-part (souvent dédicacés), des dossiers de chercheur·se·s (pour des expertises, candidatures, etc.), quelques correspondances, des traductions manuscrites d’ouvrages en allemand et en anglais…

Le projet AMOr permettra de commencer le catalogage en vue de la numérisation de certaines de ces archives, de mettre en place des stratégies pour les archives nativement numériques. Nous souhaitons, plus largement, qu’il soit  un terrain d’expérimentation autour de la valorisation et l’exploitation des archives de la recherche et de l’enseignement mathématiques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search